Chez YesWeGreen lorsqu’on parle de SEL on parle d’un Système d’Echange Local et non du sel alimentaire pardi !

Pourtant, au départ cet acronyme a bien été choisi en lien avec cet aliment. Il s’agissait de la première monnaie d’échange et les SEL sont des Système d’Echange non-monétaire pour partager des savoir-faire et produits. 

Un système d’échange alternatif

Construit à côté du système d’échange économique dominant, les SEL sont souvent constitués en association. L’unité d’échange dépend des groupes, elle est généralement basé sur le temps de service. Une heure vaut par exemple 50unités qui permettra un d’accéder à un autre bien ou service. 

Pour quoi faire ? 

L’intérêt de ces initiatives est d’accéder à des échanges égalitaires et de tisser des liens.  Chacun peut apporter quelque chose au sein d’un communauté, les SEL sont ici pour montrer que ceci a une valeur au même titre que l’argent. Il s’agit d’inciter la rencontre entre personnes et l’échange de savoir-faire exactement ce que les ateliers de YesWeGreen sont pour ceux n’étant pas membre de ces SEL. Pour ce qu’il y est de l’échange de produit, il s’agit d’une alternative vraiment intéressante afin de ne plus gaspiller par exemple. 

Un peu d’histoire :

Le premier Sel vient du Canada dans les années 80′, ils sont appelés LETS en anglais pour (Local Excanchange Trading System).  Michael Linton voulait proposer un système basé sur le troc à l’aide d’une monnaie locale, le green dollar. L’expérience étant une réussite, ce système s’est exporté aux Etats-Unis puis dans le monde entier.

 


Sources :

http://www.selidaire.org/spip/

http://www.futura-sciences.com/planete/questions-reponses/eco-consomation-systeme-echange-local-cest-4793/

https://blogs.mediapart.fr/edition/le-monde-de-leconomie-sociale-et-solidaire/article/060713/creer-ou-participer-un-sel-guide-pratique

Les systèmes d’échange local (SEL) : entre utopie politique et réalisme économiqueSmaïn Laacher 

https://www.cairn.info/revue-mouvements-2002-1-page-81.htm